Investir dans le gaz pour demain

Plus de 25 % des véhicules de la société Transnugon fonctionnent au gaz. Pablo Bordils Montero, Directeur général, y voit de nombreux avantages, tant en termes de coûts de carburant que d'opportunités de prospection. « Notre objectif est d'évoluer vers un parc intégralement constitué de véhicules au gaz, grâce au nouveau Volvo FH au GNL. »

Un Volvo FH au GNL dans les rues de Valence.

Cela fait quelques semaines que Transnugon teste les véhicules Volvo FH au GNL. « C'est un jalon majeur dans le développement de véhicules au gaz. Pour la première fois, un véhicule au gaz offre les mêmes performances qu'un véhicule diesel », se réjouit Pablo Bordils Montero.

Pablo Bordils Montero

« Le résultat dépasse nos espérances. Nous avons aussi comparé le Volvo FH au GNL avec d'autres véhicules sur l'autoroute, et il les bat tous, y compris les véhicules diesel », affirme Pablo Bordils Montero.

La société Transnugon est implantée dans une zone industrielle quelconque des environs de Valence, sur la côte est espagnole. Un panneau discret sur la clôture accueille les visiteurs, et dès le petit matin, les véhicules sont clairsemés sur la grande cour asphaltée. Le bureau est installé dans des sortes de baraquements que jouxtent une station de lavage de véhicules et un petit atelier.

À première vue, difficile de deviner que Transnugon est une société de transport connaissant une croissance rapide et nourrissant de grandes ambitions. En seulement deux ans et demi, la petite entreprise familiale avec sa clientèle restreinte est passée d'une cinquantaine de véhicules à un parc de 250 véhicules modernes. Et le nombre de véhicules augmente chaque jour.

« Si nous avons connu une telle croissance, c'est que nous avons osé prendre des risques et que nous savons faire preuve d'une grande souplesse. Nous ne disons jamais non. Si un client exige un nouveau véhicule, nous l'achetons sans nous préoccuper outre mesure de l'avenir. Étant donné nos capacités élevées, nous sommes toujours à la hauteur des exigences de nos clients. Et si l'un d'eux nous demande 25 livraisons pour Madrid, nous répondons présent », explique Pablo Bordils Montero, Directeur général et l'un des trois propriétaires.

Volvo FH au GNL dans la campagne espagnole

Outre la réduction des coûts de carburant, l'investissement de Transnugon dans des véhicules au gaz les démarque clairement de la concurrence, car il s'agit de l'une des rares entreprises à exploiter des véhicules au gaz dans la région.

La plupart de leurs clients évoluent dans le secteur alimentaire, et Transnugon distribue des denrées alimentaires fraîches et sèches aux magasins et supermarchés des environs de Valence, surtout, mais aussi ailleurs en Espagne.
« Nous parcourons les mêmes itinéraires pratiquement chaque jour et proposons aux clients un service 24 h/24, 365 j/an. Comme nous travaillons dans l'alimentaire, il est extrêmement important que nos véhicules soient en bon état et que nous soyons toujours ponctuels », insiste Pablo Bordils Montero.

Avant de rejoindre Transugon il y a trois ans, Pablo était l'un de leurs clients. La famille de sa femme gère une société qui fournit de l'eau minérale à l'une des plus grandes chaînes de restauration d'Espagne, et Transnugon était leur transporteur. Lorsque Transnugon a commencé à avoir du mal à suivre la cadence, les propriétaires se sont tournés vers Pablo pour lui proposer de reprendre la main. « J'avais de bonnes relations avec Transnugon, mais je ne savais pas grand chose sur la logistique. J'ai fini par acheter un tiers de la société et j'y suis rentré comme actionnaire. »

Pablo Bordils Montero détient aujourd'hui la société avec les deux frères Jorge Núñez González et José Maria Núñez González, dont le père José Maria Núñez Romero a créé Transnugon à la fin des années 1990. « Nous n'appartenons pas à la même famille, mais c'est tout comme. Nous savons tous ce que nous avons à faire et nous nous répartissons à égalité la charge de travail et les revenus. Notre capacité à travailler ensemble a été déterminante pour en arriver où nous en sommes aujourd'hui. »

L'arrivée de Pablo dans l'entreprise a marqué un virage décisif dans l'activité. Très rapidement, il a remplacé les anciens véhicules par de nouveaux modèles. « Avec des véhicules modernes, nous avons pu proposer un meilleur service à nos clients. Cela s'est traduit par une multiplication des missions et nous a permis d'étoffer le parc. »

Ce qui me motive, c'est d'essayer de nouvelles choses et de chercher en permanence des améliorations.

Pablo Bordils Montero, Directeur général, Transnugon

Transnugon a également essayé ses premiers véhicules au gaz au moment de remplacer le parc vieillissant. Les tests ont été concluants et ont découlé sur l'un des plus gros investissements de l'entreprise : l'achat de 30 véhicules au gaz et de sa propre station de ravitaillement.

« Ce qui me motive, c'est d'essayer de nouvelles choses et de chercher en permanence des améliorations. Je m'ennuie facilement, alors j'ai toujours envie de faire des projets et d'aller de l'avant. Notre station de ravitaillement en est une parfaite illustration. J'en ai entendu parler un soir, alors que je surfais sur Internet. Tout est une question de curiosité », affirme Pablo Bordils Montero.

 

Station de ravitaillement de Transnugon

Il y a trois ans, Transnugon achetait ses premiers véhicules au gaz. Parallèlement, l'entreprise investissait dans sa propre station de ravitaillement. Aujourd'hui, 78 % du ravitaillement est effectué sur place, ce qui permet à l'entreprise d'acheter en grands volumes, à prix avantageux.

Volvo FH au GNL sur un pont.

« Les véhicules au gaz sont très appréciés de nos clients, avec une valeur ajoutée qu'ils ne manquent pas de mettre en avant dans leurs communications marketing », confie Pablo Bordils Montero.

L'investissement dans des véhicules au gaz a été motivé par des raisons purement économiques. À l'époque, le prix du diesel était au plus haut, tandis que le gaz était bien meilleur marché. Avoir sa propre station de ravitaillement constituait un investissement rentable. Même si le prix du diesel a chuté, le gaz reste 35 % moins cher pour Transnugon. En achetant en grands volumes, ils bénéficient d'un bien meilleur tarif qu'en ravitaillant les véhicules ailleurs. Qui plus est, cela permet de gagner beaucoup de temps.

À ce jour, Transnugon possède 58 véhicules au gaz, ce qui représente plus d'un quart du parc total. En plus des incitations financières auxquelles l'investissement dans des véhicules au gaz ouvrait droit, Pablo voit de nombreux autres avantages à proposer aux clients un transport plus respectueux de l'environnement.
« Les véhicules au gaz sont très appréciés de nos clients, avec une valeur ajoutée qu'ils ne manquent pas de mettre en avant dans leurs communications marketing. Les problèmes de pollution urbaine entraîneront des restrictions toujours plus élevées, et de plus en plus d'entreprises exigeront que le transport soit assuré avec des véhicules au gaz », prédit Pablo.

Le Volvo FH au GNL est le premier véhicule au gaz offrant des performances et une motricité comparables à celles des modèles diesel.

Pablo Bordils Montero, Directeur général, Transnugon

Pablo vise un parc entièrement composé de véhicules au gaz. Après quelques semaines d'essai avec le Volvo FH au GNL, cette vision est plus que jamais à portée de main. « Le Volvo FH au GNL est le premier véhicule au gaz offrant des performances et une motricité comparables à celles des modèles diesel. Il est tout aussi adapté pour un aller-retour jusqu'à Madrid que pour les transports sur de plus courtes distances. »

Transnugon prévoit désormais d'étoffer son parc de véhicules avec plusieurs Volvo FH au GNL. Outre sa polyvalence, la faible consommation du véhicule est un atout de taille. Les marges des sociétés de transport en Espagne sont maigres, et la moindre économie est essentielle pour l'entreprise de Pablo.

« La consommation de carburant du Volvo FH au GNL est 7 à 8 % inférieure à celle de tout autre véhicule au gaz. Par rapport à des modèles diesel, la différence atteint même 15 % », explique-t-il. Cette transition vers le gaz a démarqué Transnugon de ses concurrents, et Pablo est convaincu que l'entreprise va continuer de se développer. 

Baldassarre Monge.

« Au départ, nous envisagions d'avoir une centaine de véhicules, et nous en sommes maintenant à 250. Quand je pense au chemin parcouru et à toutes les possibilités qui s'offrent à nous, je ne vois aucune limite. Si nous parvenons à attirer des collaborateurs compétents et de nouveaux partenaires, je pense que nous pouvons devenir le numéro Un de la distribution en Espagne. »

Transnugon en bref

Créée en : 1998
Transport : Missions principalement régionales pour différentes sociétés alimentaires
Directeur général : Pablo Bordils Montero
Propriétaires : Pablo Bordils Montero, Jorge Núñez González et José Maria Núñez ­González
Chiffre d'affaires 2016 : 12 millions d'euros
Chiffre d'affaires prévisionnel en 2017 : 22 millions d'euros
Nombre d'employés : Environ 288
Taille du parc : Environ 250 véhicules, dont 34 Volvo Trucks et 58 véhicules au gaz
Durée de service (avant revente) : Trois à cinq ans

Des véhicules plus légers pour une plus grande charge utile

Arclid Transport a besoin d'optimiser la charge utile et d'accroître sa productivité sur un marché où la concurrence fait rage. En investissant dans des solutions de transport spéciales associées à une formation conducteur, le gestionnaire de parc ...

L'approche informatique

Savoir en temps réel où se trouvent vos véhicules et ce qu'ils transportent précisément est crucial. C'est ce qu'est parvenu à faire Ben van Leeuwen, de chez Frigolanda....

Filtrer les articles

5 true 5